Téléphonie mobile, guide pour choisir l’offre la plus adaptée

Mille et une propositions, voici comment s’y retrouver

Le choix d’une nouvelle offre de téléphonie mobile est l’un des moments les plus délicats pour le consommateur. D’une part, il subit un bombardement pressant d’informations, d’autre part, les informations dont il aurait le plus besoin, qui cachent des aspects désagréables, ont tendance à être omis ou astucieusement cachés aux entreprises. Voyons quelles mesures peuvent être prises dans cette phase.
Tout d’abord, aussi merveilleuse que puisse paraître l’offre, rappelez-vous que «pour toujours» dans le monde des télécommunications est une expression sans valeur. Chaque fois qu’ils vous garantissent qu’en allant avec eux, vous aurez des services et, surtout, des coûts bloqués à jamais, ils mentent. Et cela est possible car dans le secteur des contrats téléphoniques, à condition qu’il le mentionne dans le contrat, l’opérateur a le droit de modifier unilatéralement les conditions des offres chaque fois qu’il le juge opportun. Par unilatéral, nous entendons le fait qu’il n’est pas obligé de consulter le client, ni de négocier. Cela signifie qu’une offre «pour toujours» faite il y a deux semaines peut maintenant être modifiée sans sourciller. La liberté de l’entreprise de changer les cartes a certaines limites, bien que minimes. Agcom est également intervenue en janvier 2020 avec une décision clarifiant la question. Pour l’Autorité, le droit de résilier le contrat sans frais n’est une garantie suffisante que si les opérateurs se limitent à modifier les conditions d’origine du contrat signé, et non s’ils insèrent une réelle nouveauté. Vous pouvez donc modifier le tarif, pour ainsi dire, mais pas introduire un service payant obligatoire. D’ailleurs, le même Conseil d’Etat avec une phrase de 2019, avait précisé: “Les changements unilatéraux ne peuvent concerner que la variation des conditions déjà envisagées dans le contrat”. Pour l’Autorité, le droit de résilier le contrat sans frais n’est une garantie suffisante que si les opérateurs se limitent à modifier les conditions d’origine du contrat signé, et non s’ils insèrent une réelle nouveauté. Vous pouvez donc modifier le tarif, pour ainsi dire, mais pas introduire un service payant obligatoire. D’ailleurs, le même Conseil d’Etat avec une phrase de 2019, avait précisé: “Les changements unilatéraux ne peuvent concerner que la variation des conditions déjà envisagées dans le contrat”. Pour l’Autorité, le droit de résilier le contrat sans frais n’est une garantie suffisante que si les opérateurs se limitent à modifier les conditions d’origine du contrat signé, et non s’ils insèrent une réelle nouveauté. Vous pouvez donc modifier le tarif, pour ainsi dire, mais pas introduire un service payant obligatoire. D’ailleurs, le même Conseil d’Etat avec une phrase de 2019, avait précisé: “Les changements unilatéraux ne peuvent concerner que la variation des conditions déjà envisagées dans le contrat”.
Voyons quelques-uns des éléments les plus courants à prendre en compte lors de la conclusion d’un contrat téléphonique qui peuvent facilement se transformer en pièges.

Coûts d’activation

Les coûts d’activation liés à la téléphonie mobile sont réduits à deux facteurs: la nouvelle SIM, dans le cas où il s’agit d’un contrat à partir de zéro, et non un passage d’un ancien opérateur, et l’activation proprement dite. Généralement, le coût total est de 10 euros, mais certaines entreprises l’annulent en promotion. Vérifiez avant d’accepter l’offre, car les coûts d’activation ne sont pas toujours suffisamment mis en évidence par l’opérateur lors de la signature du contrat.

 

Contraintes de permanence

Dans le cas de la téléphonie mobile, les contraintes de séjour minimum sont souvent associées à des promotions particulières sur l’abonnement mensuel qui peuvent être liées à la durée du contrat (généralement 12 ou 24 mois). Si vous décidez de résilier le contrat plus tôt, vous devrez payer le résidu de promotion réduit au début. Attention car Agcom a précisé que ces montants doivent être inversement proportionnels au temps écoulé depuis le début du contrat.

Accessoires et terminaux proposés

Avec les smartphones en prêt, l’entreprise liera cette «générosité» à des contraintes de temps et à des versements à rembourser dans le temps même en cas de résiliation du contrat.

Plans tarifaires de base

Outre l’offre activée, il existe toujours un plan tarifaire de base qui est activé lorsque les conditions incluses dans l’option sont dépassées (par exemple lorsque vous manquez de giga disponible pour surfer). Vérifiez que les conditions de ce tarif ne sont pas trop chères, et surtout que l’opérateur n’active pas un forfait de base payant, avec des services supplémentaires qui ne vous intéressent pas

Attention au télémarketing sauvage

En général, ne faites jamais confiance aux mots prononcés au téléphone par l’opérateur ou au magasin. Il est vrai qu’ils sont tenus de vous dire la vérité et que, dans le cas d’un contrat passé par téléphone, vous avez le droit de renvoyer l’enregistrement téléphonique de l’ensemble de l’appel téléphonique pour prouver que vous avez été trompé par de fausses promesses, mais c’est souvent une procédure long et épuisant, qui voit l’opérateur rebondir sur la demande et faire la sourde oreille, en espérant que vous vous fatiguerez d’abord. Il est préférable de ne jamais activer les contrats proposés à la hâte sur le téléphone, ou sur place dans un coin information d’un centre commercial. Faites-vous expliquer l’offre, laissez-les vous dire comment elle s’appelle, puis allez calmement vérifier les conditions chez vous, sur le site de l’opérateur. Le secret est de faire défiler la page d’accueil, où vous trouverez le lien «transparence tarifaire». En cliquant dessus, vous trouverez la liste des offres actives, et pour chacune le prospectus avec toutes les informations requises par la loi, frais et restrictions compris. Il est vrai que pour les anciens clients ou pour ceux qui ont décidé de changer d’entreprise, l’opérateur a la possibilité de faire des offres ad hoc, plus avantageuses par téléphone, qui ne sont pas incluses sur le site. Mais dans ce cas, demandez que l’offre soit expliquée, prenez rendez-vous pour un deuxième coup de téléphone, et enregistrez-le en prévenant l’opérateur que vous le faites, vous disposerez ainsi d’un outil supplémentaire pour éviter les promesses des marins. L’opérateur est cependant tenu de vous transmettre le contrat complet en format papier pour ratifier le contrat. et pour chacun le prospectus avec toutes les informations requises par la loi, frais et contraintes compris. Il est vrai que pour les anciens clients ou pour ceux qui ont décidé de changer d’entreprise, l’opérateur a la possibilité de faire des offres ad hoc, plus avantageuses par téléphone, qui ne sont pas incluses sur le site. Mais dans ce cas, demandez que l’offre soit expliquée, prenez rendez-vous pour un deuxième coup de téléphone, et enregistrez-le en prévenant l’opérateur que vous le faites, vous disposerez ainsi d’un outil supplémentaire pour éviter les promesses des marins. L’opérateur est cependant tenu de vous transmettre le contrat complet en format papier pour ratifier le contrat. et pour chacun le prospectus avec toutes les informations requises par la loi, frais et contraintes compris. Il est vrai que pour les anciens clients ou pour ceux qui ont décidé de changer d’entreprise, l’opérateur a la possibilité de faire des offres ad hoc, plus avantageuses par téléphone, qui ne sont pas incluses sur le site. Mais dans ce cas, demandez que l’offre soit expliquée, prenez rendez-vous pour un deuxième coup de téléphone, et enregistrez-le en prévenant l’opérateur que vous le faites, vous disposerez ainsi d’un outil supplémentaire pour éviter les promesses des marins. L’opérateur est cependant tenu de vous transmettre le contrat complet en format papier pour ratifier le contrat. Mais dans ce cas, demandez que l’offre soit expliquée, prenez rendez-vous pour un deuxième coup de téléphone, et enregistrez-le en prévenant l’opérateur que vous le faites, vous disposerez ainsi d’un outil supplémentaire pour éviter les promesses des marins. L’opérateur est cependant tenu de vous transmettre le contrat complet en format papier pour ratifier le contrat. Mais dans ce cas, demandez que l’offre soit expliquée, prenez rendez-vous pour un deuxième coup de téléphone, et enregistrez-le en prévenant l’opérateur que vous le faites, vous disposerez ainsi d’un outil supplémentaire pour éviter les promesses des marins. L’opérateur est cependant tenu de vous transmettre le contrat complet en format papier pour ratifier le contrat.

Comment se débarrasser d’un contrat non sollicité

Droit de rétractation

Tout d’abord, le consommateur dispose de 14 jours pour résilier un contrat à distance ou hors établissement sans donner de raisons.
Les 14 jours courent à compter: dans le cas des contrats de service, à compter du jour de la conclusion du contrat; dans le cas des contrats de vente, à compter du jour où le consommateur entre en possession du bien.
La rétractation s’exerce en présentant au professionnel une déclaration explicite à cet effet (la société met souvent à disposition un formulaire spécifique à envoyer par courrier recommandé avec accusé de réception par voie électronique).
En cas de rétractation par le client, le professionnel rembourse tous les paiements reçus du consommateur, y compris éventuellement les frais de livraison, sans retard injustifié et en tout état de cause dans les 14 jours à compter de la réception de l’avis de rétractation.
Dans le cas où le consommateur n’a pas été informé des modalités et des délais de l’exercice de rétractation, il peut se rétracter dans un délai de 12 mois à compter de la date de livraison du bien ou à compter de la date de conclusion du contrat, si la fourniture d’un service a été demandée. Si au contraire nous sommes confrontés à une véritable arnaque, voici quelques indications sur la façon de bouger.

Premièrement: ne payez pas

La première chose à savoir est que dans le cas de «fournitures non sollicitées» de biens, de services, d’eau, de gaz, d’électricité, de chauffage urbain et de contenu numérique, le consommateur n’a rien à payer. En outre, le vendeur non sollicité ne peut pas demander au distributeur de suspendre la fourniture pour arriérés, tant que le litige n’a pas été résolu.

Soumettre une plainte à l’entreprise

Lors de l’activation d’un contrat qui n’a jamais été demandé, il faut répondre immédiatement en contestant l’incident au vendeur de manière formelle, par une lettre recommandée avec accusé de réception indiquant qu’il n’a jamais demandé la fourniture ou signé aucune commande ou contrat et averti le vendeur de ‘faire des demandes en la matière

Rapports à l’autorité antitrust

Une autre plainte peut être déposée auprès de l’Agcm, l’Autorité antitrust, étant donné que l’activation de contrats non sollicités ou de contrats volés par tromperies ou omissions est considérée comme des «pratiques commerciales déloyales». Dans ces cas, l’antitrust ouvre une enquête qui peut être suivie de la condamnation à des sanctions financières contre le vendeur.